Archives de décembre, 2013

Article 18, la polémique.

Publié: 19 décembre 2013 dans Uncategorized

Le trilogue s’est enfin accordé, et l’on en sait d’avantage sur ce fu(a)meux article 18 qui va régler le compte de notre vapoteuse.

Je ne vais pas décortiquer cet article 18 (que vous pourrez lire ici quand le serveur le veut bien: http://www.clivebates.com/?p=1747 )

Plusieurs lectures de cet article sont possibles

Les professionnels se réjouissent (mais pas nous)

La première lecture est très très très positive. Du liquide à 20mg/ml maxi, des réservoirs de 2ml maxi, des fioles de 10ml maxi. Parfait, ça correspond à ce qu’utilisent 99% des vapoteurs, et donc le fond de commerce des boutiques: ego + ce4 + fiole de liquide français. Le CACE (collectif de professionnels) s’est donc logiquement réjoui de cette nouvelle, ils ont sauvé leur tête. L’AIDUCE (association de consommateurs) aurait pu en faire autant… mais non.

Les utilisateurs avisés ne sont pas contents (nous aussi)

La deuxième lecture est déjà moins réjouissante, fini le DIY (cette pratique qui consiste à fabriquer son liquide soit même), fini les gros réservoirs (la plupart des atomiseurs réparables fabriqués par des artisans), et des grosses questions sur l’avenir des mods (il faut déclarer 6 mois à l’avance la sortie d’un produit). C’est vraisemblablement tout ça qui a freiné la réjouissance de l’AIDUCE qui prendra peut être le risque de compromettre un accord qui satisfait 99% des utilisateurs pour le 1% restant (dont je fais parti).

Les buralistes ne diront rien (mais n’en pensent pas moins)

Si j’étais buraliste, je serais ravi. Cet accord met en place une uniformisation du marché. Il faut désormais 6 mois pour permettre l’entrée sur le marché d’un nouveau produit. Autant dire que ça va sérieusement ralentir le développement. Fini les boutiques spécialisées qui ont la dernière nouveauté, une connaissance parfaite de la technique, du choix de liquide « exotique ». Il suffit de vendre ce qui existe déjà. Une petite demi-journée formation, un resto, et on est prêt pour 6 mois. IMPECCABLE ! On fait un peu de place pour une gamme de liquide français, un choix de 10 batteries en couleur. Autant de CE4 et c’est parti.

Les modeurs sont morts (?/!)

La situation est critique. L’article 18 est très clairement orienté industrie.
Classiquement un règlement technique existe pour chaque type de produit (jusqu’à présent Mod in France respectait les réglementations existantes). Les fabricants européens s’engagent à respecter cette réglementation technique. Les états organisent des contrôles. Mais là, la démarche est inversée. C’est aux fabricants de prouver que… impossible pour des artisans. Demandez à votre boulanger de contrôler la teneur en gluten de sa farine… dans 6 mois il ne restera que les industriels comme Bannette. 6 mois c’est justement le délais imposé entre le dépôt d’un nouveau produit et sa date de sortie. 6 mois à attendre. On mange quoi, nous, pendant 6 mois, le pain rassi du boulanger mort ?

C’est justement notre réactivité à suivre les tendances, ou à les créer, qui fait notre force. Sortir une nouvelle technologie, un nouveau design. 6 mois c’est le temps qu’il faut pour que le nouveau produit ne sorte plus du tout. Mort !

Vous l’avez compris, Mod in France ne peut pas se réjouir de cet article 18. Mod in France conçoit ses produits pour les vapoteurs passionnés (ce fameux 1%) qui ne se contentent pas d’un choix restreint de matériel et de liquide. Malgré cela, Mod in France est membre du CACE et le restera. L’unité reste notre priorité. C’est la seule solution pour que l’on soit un peu entendu.

Publicités

On respire, un peu

Publié: 12 décembre 2013 dans Uncategorized

Si les fumeurs se rapprochent chaque jour un peu plus de l’arrêt cardiaque, il faut bien admettre que ce fameux trilogue provoque un peu le même effet sur les vapoteurs. Aujourd’hui les « fuites » nous permettent de respirer un peu. Les nouvelles du jour nous viennent de la députée allemande dr. Renate Sommer.

Chère Communauté Facebook,

Dans le cadre du trilogue sur la directive des produits du tabac, le Conseil des ministres et le Parlement de l’UE seraient maintenant sur la même longueur d’onde sur la cigarette électronique :
– Pas d’interdiction des cartouches rechargeables ,
– Au début, pas d’interdiction des arômes, mais des demandes de tests seront faites par la Commission pour la distribution et les comportements de consommation,
– Limite de la teneur en nicotine, peut-être 20 mg comme en France,
– Normes de sécurité strictes : (ingrédients purs et non-toxiques (à l’exception de la nicotine ) et autres…

En outre, l’initiative d’autonomisation de la Commission, d’acte législatif délégué, doit être stoppée : La Commission voulait pouvoir changer à l’avenir, de manière autonome, des éléments importants de la politique, sur la base de connaissances scientifiques. La Commission voulait pouvoir sélectionner toute étude (sur l’ecig) qu’elle aurait estimé appropriée. Il est demandé que seules les preuves scientifiques internationalement reconnues puissent être utilisées.

La dernière réunion du trilogue aura llieu la semaine prochaine.

Cordialement

Doctor Renate Sommer MEP

La source officielle, en allemand https://www.facebook.com/DrRenateSommer/posts/425693737557856
La traduction est proposé par Elvapote https://www.facebook.com/asso.elvapote/posts/677003782334500

C’est donc désormais un combat entre le parlement et le conseil des ministres d’un coté, contre la commission européenne qui encore une fois cherche à contourner la représentativité du peuple.

Europe To Lose

Publié: 9 décembre 2013 dans Uncategorized

Le 8 octobre dernier, nous nous réjouissions de la décision du parlement européen de ne pas accorder le statut de médicament à la cigarette électronique.

Jouissance de courte durée.

Le trilogue (représentants du Parlement européen, du Conseil et de la Commission) s’apprête a remanier le texte adopté démocratiquement pour finalement interdire les fioles de liquides, les ecig conventionnelles, et imposer les modèles développés par l’industrie du tabac (mini ecig à cartouche préremplie, 5mg/ml de nicotine). Bref des merdes !!!

Ca ne s’arrête pas là.

Aujourd’hui le tribunal de commerce de Toulouse, dans un procès opposant un buraliste et son concurrent électronique, vient de classer la cigarette électronique comme un produit du tabac, offrant ainsi l’exclusivité aux buralistes. Le juge devenu législateur… On attend l’appel.

Tout est en place.

Retour à la case départ, ecig produites par Phillips Morris, vendues exclusivement par les carottiers.

La carotte, vous la sentez bien ?

Le monopole des buralistes conduira a une augmentation des prix. Ce qui réduira l’impact de la cigarette électronique, et conduira les fumeurs à le rester. Dommage.

Que fait l’état, que fait l’Europe ?

Rien. A suivre…